La pédagogie par projet, la clé des cursus 100% en ligne

Chez IONISx, la personnalisation des parcours est une dimension essentielle de la pédagogie numérique : les apprenants peuvent définir la durée et le rythme de leur formation, suivre des cours adaptés à leur niveau de qualification ou à leurs objectifs professionnels et choisir des thématiques personnels dans le cadre des réalisations par projet pour se spécialiser sur un sujet lié à leur futur métier !


Dans la logique des titres certifiés RNCP, les cursus 100 % en ligne sont construits autour des compétences professionnelles que les apprenants doivent acquérir. La volonté est de créer des cursus et des projets qui permettent à la fois d’acquérir la théorie et de la mettre en pratique immédiatement.

L’organisation en projets permet une montée en compétences progressive, où la réalisation des étapes précédentes permet de passer aux étapes suivantes. Dans les MBA Online Epitech ou MBA Online ISG+EPITA, par exemple, les projets regroupent tous au moins deux matières, pour permettre aux apprenants de commencer dès le début de leur cursus à faire le lien entre les différentes fonctions de l’entreprise.

IONISx travaille avec une équipe d’experts et enseignants de chaque secteur pour écrire des scénarii qui recréent des situations réelles d’entreprise et les projets ont des étapes qui correspondent à des évolutions réelles d’un projet en entreprise.

L’entreprise est un écosystème où le travail est souvent réalisé en équipe. Dans les projets des cursus, il en va de même avec des travaux en équipe, une répartition des tâches, une structuration de l’équipe avec un responsable. Les compétences de management d’équipe et de management opérationnelle ainsi que la prise de parole en public sont inhérentes à la pédagogie par projet.

Zoom sur un projet du cursus Bachelor Online ISG :
« Webmarketing et social media management »

Dans le cadre du Bachelor Online ISG « Webmarketing et social media management », les apprenants sont confrontés à la création simulée d’une organisation de l’économie sociale et solidaire. Il est demandé aux apprenants de s’organiser en équipe et de réunir l’ensemble des éléments permettant de créer une association ou une entreprise en économie sociale et solidaire (ESS).

Trois grandes étapes qui donneront lieu à des rendus sont déterminées par l’équipe pédagogique et l’expert : la définition du modèle économique et du prévisionnel financier, l’élaboration de la structure juridique tout en veillant au respect de la réglementation et enfin la création du site internet de l’organisation.

Une fois ceci établi, l’expert va mettre le projet en contexte : l’équipe a décidé de participer à un concours international sur l’économie de demain organisé par une fondation qui récompensera 3 projets prometteurs avec la somme de 150 000 euros à partager pour lancer les projets.

Des conditions de participation aux concours sont diffusées et la directrice de la fondation (l’expert qui suit le projet) s’adresse en vidéo aux apprenants pour leur prodiguer conseils et encouragements.

Le décor est planté, l’expert sous les traits de la directrice de la fondation peut intervenir auprès des apprenants en diffusant directions et conseils, indiquant les cours à consulter, les documents à compléter et les étapes à valider. Chaque rendu donne lieu à une classe virtuelle, moment privilégié de l’interaction entre les apprenants et l’expert. C’est le moment de revenir sur les incompréhensions et les difficultés rencontrées afin de les surmonter et d’aller plus loin dans la maîtrise de la compétence.

Enfin, la soutenance finale qui représente le point d’orgue du projet, elle s’effectue en direct en vidéo devant un jury de professionnels représentant les membres du board de la fondation.

La pédagogie par projet : le point de vue des intervenants

Quelle finalité pour la pédagogie par projet ?

« Dans un cursus de haut niveau, un projet doit permettre à l’apprenant d’établir le lien entre les cours formels qu’il a reçu et la réalité du monde professionnel », explique Thierry Cuirot. « Tant que possible, il n’y a pas de meilleur projet qu’un projet réel, ou à défaut, d’un cas concret. Au travers de la réalisation du projet, l’apprenant voit donc clairement les bénéfices de son apprentissage et sera à même de les transposer par la suite dans le monde du travail. »

Le projet en groupe à distance fonctionne-t-il vraiment ?

« Dans l’absolu, un projet est un projet, qu’il soit réalisé en présentiel ou en distanciel », affirme Thierry Cuirot. « Dans la pratique, les contraintes imposées par la réalisation d’un projet de groupe à distance induisent l’utilisation d’outils numériques collaboratifs qui se révèlent in fine bien plus efficaces qu’en présentiel. Les contraintes initiales deviennent rapidement un avantage. »

Pour Stéphanie Delpeyroux, la réalisation de projets à distance est également une force. « En entreprise, les équipes travaillent souvent à distance notamment sur les projets innovant technologiquement. Réussir un projet dans ces conditions permet de développer ses compétences relationnelles : gérer les différences de point de vue, aplanir les difficultés, trouver des solutions ensemble… »

Quelles interactions entre les enseignants et les apprenants ?

Ce n’est pas seulement l’interaction avec les autres apprenants qui change. « L’autre différence réside dans le suivi réalisé par l’enseignant, à distance également », explique Stéphanie Delpeyroux. « Il peut se faire, au quotidien, par des échanges de mails, ou sur le forum, et plus ponctuellement, par des classes virtuelles. Tout est fait pour aider l’équipe d’étudiants à atteindre son objectif de projet, et ses objectifs d’apprentissage. »

Pour Thierry Cuirot, le nouveau type d’interaction entre enseignant et apprenant est un avantage. « Ce type de pédagogie permet également de personnaliser le suivi par un enseignant qui se pose alors en guide pour accompagner l’apprenant vers le savoir, plutôt qu’en unique source dudit savoir », selon lui. « C’est donc l’apprenant qui est au centre de la formation et non plus l’enseignant. »

Thierry Cuirot (Consultant et formateur)
Projets : Entrepreneuriat (MBA Online Epitech, MBA Online ISG+EPITA, Mastère Digital Marketing ISEFAC) ; Marketing digital (Mastère Digital Marketing ISEFAC)

Stéphanie Delpeyroux (Professeur agrégé en économie et gestion)
Projets : Création d’association ou d’entreprise sociale et solidaire, E-business (Bachelors ISG Webmarketing et Social Media Management et E-Business)

Le MBA est-il toujours le passeport indispensable de la réussite ? - Blog IONISx.com

Le MBA est-il toujours le passeport indispensable de la réussite ?

Alors que les success-stories de la nouvelle économie réinventent la figure du self-made-man, on peut se demander si les diplômes d’excellence en management ont gardé toute leur valeur aux yeux des recruteurs. Analyse et témoignages sur l’impact du plus prestigieux d’entre eux : le MBA.

Découvrez les MBA Online IONISx - Epitech - ISG+EPITA

Les Master of Business Administration visent principalement à apporter à des candidats au profil technique des compétences en management et une vision globale de l’entreprise, afin de favoriser leur accès à des postes de direction. Ils rencontrent un franc succès dans le monde entier : pour 2015, nous pouvons dénombrer  jusqu’à 500.000 diplômés. Cependant, en parallèle de ce phénomène de démocratisation, le MBA est-il toujours considéré comme un passeport indispensable aux yeux des décideurs ?

Toujours un accélérateur de carrière ?

Passer un MBA a permis à de nombreux professionnels d’élargir leur domaine de compétences pour monter en responsabilités au sein de leur entreprise ou relever de nouveaux défis. Prenons l’exemple d’Antony, 36 ans, manager logistique-qualité qui a désiré évoluer après quatre années de pratique. Diplômé d’une école d’ingénieurs, il s’est orienté vers un MBA généraliste qui lui a permis, après 18 mois d’efforts, d’atteindre le poste de Directeur du site de production qu’il convoitait. Ou encore Younes, 37 ans, travaillant depuis douze ans sur des fonctions commerciales et marketing chez Sony et Kellog’s, et qui a voulu se sortir de son domaine de prédilection pour se lancer dans une création d’entreprise. Il s’est inscrit dans un MBA centré sur l’entrepreneuriat et les nouvelles technologies, qui lui permettra d’ouvrir sa propre plate-forme d’apprentissage du marketing à destination des PME, avec succès. D’autres candidats peuvent vouloir rester dans la même entreprise pour y évoluer, comme Barbara, 42 ans, ancienne responsable logistique devenue directrice commerciale export au sein d’un important groupe dans le secteur tourisme.

Le MBA reste plus que jamais cette formation qui permet de donner une hauteur stratégique à sa carrière, que l’on souhaite se réorienter, créer son entreprise, ou simplement renforcer son leadership pour évoluer.

Et du côté des recruteurs ?

Pour les directeurs RH et les responsables de recrutement, notamment au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, le MBA est toujours considéré comme la voie royale pour accéder aux postes à responsabilité. Gage d’excellence et d’ouverture internationale, il rassure les recruteurs. En France le MBA est cependant moins démocratisé, surtout dans les petites structures, mais les grandes entreprises françaises et les multinationales semblent ne plus pouvoir s’en passer.

« Les profils MBA sont très appréciés par les plus grands groupes car ils appréhendent l’entreprise de manière globale, internationale, au-delà de la technique purement financière« 

Laetitia Quatrevaux, division finance du cabinet Hays

Un chiffre résume à lui seul l’efficacité d’un MBA vis à vis du marché de l’emploi : le taux de placement des diplômés avoisine les 100% selon la spécialité. Une véritable assurance tous risques !

En termes de retour sur investissement, ça donne quoi ?

Débuter une telle formation requiert un investissement financier lourd : certains MBA français enregistrent des frais de formation de plus de 50 000, voire 80 000 € ! Outre-Atlantique, les prix avoisinent même 200 000 $ pour les plus renommés. Est-ce vraiment rentable de débourser des sommes aussi conséquentes ? Si l’on se fie aux gains suite à l’obtention du diplôme, oui, et sans hésitation ! La rémunération moyenne constatée en France après un MBA varie entre 61 000 €/an pour un jeune diplômé et 100 000 €/an pour un profil confirmé, avec des hausses de salaires allant de 8 à 20% pour les diplômés restant dans la même société : de quoi amortir rapidement les frais de scolarité.

Le principal investissement reste votre temps

Entre une vie professionnelle ou personnelle bien remplie et des déplacements réguliers, de nombreux aspirants aux Executive MBA abandonnent ou repoussent l’échéance par manque de disponibilités : pas facile de se libérer deux jours chaque semaine pendant un ou deux ans ! Il reste alors la solution des diplômes en blended learning, voire entièrement en ligne comme l’Executive MBA de IONISx : un condensé des meilleurs Executive MBA du groupe IONIS (Epitech, ISG+EPITA) accessible en toute flexibilité et tout au long de l’année. Une formule qui fait la différence :

« Habitant une région distante des centres universitaires, cela faisait des années que j’attendais qu’un MBA entièrement flexible soit lancé sur le marché ! »

Philippe Allaix, apprenant du Online MBA IONISx

Découvrez un Executive MBA entièrement en ligne sur IONISx.com

Retenons que les profils MBA sont toujours très prisés par les sociétés les plus prestigieuses : en 2015, des entreprises comme Amazon, Microsoft, JP Morgan, Goldman Sachs, PwC, Deloitte ou encore Deutsche Bank les ont massivement embauchés. Enfin, concernant l’adéquation entre ces profils et les besoins des acteurs de la nouvelle économie, laissons le dernier mot à une start-up californienne :

« Les titulaires d’un MBA peuvent jouer un rôle à tous les niveaux de l’entreprise. Ce sont eux qui arrivent à comprendre notre chaos organisé et eux encore qui réussissent si bien au milieu de l’ambiguïté ambiante dans laquelle nous plongeons les Googleurs. »

Extrait de la page recrutement de Google France

Il reste donc de beaux jours aux titulaires des MBA pour viser des carrières d’excellence dans tous les secteurs et dans le monde entier, alors laissez libre cours à vos ambitions. Et vous, pour quel(s) projet(s) souhaiteriez-vous passer un MBA ? Faites-nous part de vos aspirations dans la section commentaires.

Découvrez les MBA Online IONISx - Epitech - ISG+EPITA

MBA 100% en ligne - IONISx

MBA 100% online : comment se déroule la formation au quotidien ?

Longtemps réservés aux anglophones, les Master of Business Administration entièrement en ligne arrivent enfin sur le marché français. Mais concrètement, sans aucun recours au présentiel, comment fonctionne l’apprentissage ? Plongée dans une de ces formations hors du commun avec un de ses premiers apprenants.

Online MBA - IONISx

 

Alors que l’année 2016 s’annonce sous les meilleurs auspices pour l’emploi des cadres (jusqu’à 200 000 embauches prévues selon l’APEC) beaucoup d’entre nous aimeraient franchir un cap dans leur carrière, mais hésitent à passer un nouveau diplôme : vie professionnelle, familiale et personnelle trop chargées, contraintes de planning, de budget, de déplacement… c’est à eux que les Online MBA s’adressent en priorité, et Philippe Allaix s’est tout de suite reconnu dans cette proposition :

« Cela faisait des années que j’attendais qu’un MBA entièrement flexible soit lancé sur le marché ! Ma situation géographique, dans une région magnifique mais éloignée des grandes écoles et centres universitaires, limitait déjà mon choix. Pour des raisons familiales le présentiel m’était impossible, j’ai alors fait le tour des MBA en formule mixte, « blended » : entre les contraintes de déplacement, les coûts supplémentaires, c’était encore impossible. Et puis j’ai découvert l’offre IONISx : Eurêka ! Sans compter qu’une bonne partie de mes coûts a été prise en charge par le CPF. »

Depuis janvier 2016, la plateforme d’enseignement supérieur IONISx propose en effet un Executive MBA 100% en ligne, accessible tout au long de l’année et en toute liberté. Faire partie des précurseurs n’a posé aucun problème à Philippe :

« C’est une aventure en soi, qui me permet de démontrer mon goût pour l’innovation. Et puis je ne voulais pas passer un MBA pour le prestige du diplôme : je le fais pour moi, pour mes compétences. »

Témoignage Philippe ALLAIX - inscrit Online MBA IONISx

Le profil du corps enseignant a été un facteur décisif dans le choix de Philippe. Directeur adjoint d’une agence d’intérim pendant 8 ans, directeur général et commercial d’une filiale dans le secteur industriel pendant 6 ans, ancien directeur d’une Business Unit, Philippe a déjà managé des équipes de commerciaux sur plusieurs points de vente dans toute la France : le candidat idéal pour les MBA les plus côtés du marché. Depuis le début de sa formation, il a parcouru un premier module de tutoriel qui permet de prendre en main la méthode d’apprentissage online, puis deux unités de compétence en communication et marketing :

« J’ai le sentiment de franchir un cap à chaque nouveau module. En marketing par exemple, là où j’ai pourtant une très forte expérience, le cours m’a permis d’approfondir et de valider mes bonnes pratiques, mais aussi de découvrir de nouveaux outils. »

Concernant les particularités d’un apprentissage en ligne, Philippe s’est adapté instinctivement :

« Je suis très positivement surpris par l’efficacité de la méthode d’apprentissage en ligne : je joue le jeu en prenant des notes, en répétant les exercices, en me concentrant le mieux possible, et les résultats sont très probants. Niveau réactivité de l’équipe pédagogique, tout est rapide, précis… l’accompagnement est parfait. Après ces premiers modules, mon sentiment c’est que je suis très, très satisfait. »

 

Online MBA IONISx - cours en marketing stratégique - https://ionisx.com

La plateforme IONISx en action : cours de marketing stratégique

Et vous, êtes-vous décidé à donner un nouvel élan à votre carrière ? Alors demandez une documentation complète, et découvrez tous les apports d’une formation entièrement online.

Online MBA - IONISx

 

Reprise des embauches en 2016 : comment surfer sur la vague ?

Le rapport annuel de l’APEC a lancé la bonne nouvelle : jusqu’à 200 000 cadres seront embauchés sur l’année 2016, dont 40 000 créations de postes. Quels profils seront les plus recherchés, et comment devenir la perle rare des recruteurs ?

Lire la suite