Entre Chicago et Paris, Philippe Jean-Baptiste a fait le choix de la formation online chez IONISx

9G1A8565

Philippe Jean-Baptiste, apprenant en Master Digital Marketingg

1 – Pouvez-vous vous présenter Philippe Jean-Bapstites ? Quel est votre poste actuel ? Quel est votre parcours professionnel ? Quel diplôme avez-vous passé ?

Je suis directeur marketing et digital pour un groupe informatique.
Et je suis également directeur général de la filiale e-commerce de ce groupe.

J’exerce depuis plus de 20 ans des fonctions de direction (marketing, business unit, centres de profits…) dans les secteurs de l’informatique, de la distribution et de l’e-commerce que cela soit en BtoB ou en BtoC.
Je dispose d’une véritable expertise en gestion d’entreprise, en stratégie et en marketing. J’effectue du mentoring pour des startups et je suis l’auteur de nombreux ouvrages de références sur le marketing, l’e- commerce et la création d’entreprise.

Je suis titulaire d’un master d’économie et de gestion, d’un master en marketing, complété par un Global Executive MBA.

Je suis à cheval aujourd’hui entre deux continents : la France avec Paris et les USA avec Chicago.

2 – Pourquoi avez-vous décidé de suivre un Master Marketing Digital ?

Il y a trois principales raisons qui m’ont décidé à suivre un master marketing digital :

– En premier lieu, mon master en marketing date de 20 ans, le monde a changé et continue de changer, et cela de plus en plus rapidement. Disposer d’un “update” académique me paraissait être utile.
– En second lieu, je voulais pouvoir prendre du temps et du recul pour approfondir mes compétences digitales et ainsi mieux appréhender les enjeux stratégiques du web.
– Et pour finir, je trouvais important de pouvoir rester attentif aux dernières innovations, tendances, théories et autres pratiques digitales liées à mon métier.

3 – Pour quelles raisons avez-vous opté pour une formation 100% en ligne ?

Tout d’abord pour des contraintes professionnelles et personnelles.
Etant entre Paris et Chicago, il me fallait une formation souple, accessible quand et où je le voulais (24h/24; 7j/7 et 365 jours/an) et sur n’importe quel support (ordinateur, tablette ou smartphone) car étant souvent en déplacement.
La formation en présentiel ou même en “blended learning” était tout simplement impossible pour moi. Seule contrainte pour moi, les visioconférences pour les travaux de groupes et les suivis pédagogiques avec les experts qui se déroulent en heures françaises.
Puis pour une formation “digitale”… le fait qu’elle soit justement 100% online était presque un argument en soi.

4 – Comment avez-vous entendu parler d’IONISx ?

Je suis un gros consommateur de MOOC (Massive Online Open Course) qui permettent de découvrir ou de renforcer des compétences et de se certifier dans des domaines très pointus.
J’ai suivi des cours sur les principales plateformes (Coursera, EdX, Fun, Canvas…) et j’ai découvert IONISx à travers 2 MOOCs : le ‘Growth Hacking’ et la sociologie du web 2.0.

5 – Quels sont les éléments marquants de votre expérience d’apprentissage chez IONISx ?

Le système de la classe inversée ou ‘flipped classroom’ où nous échangeons avec les experts pédagogiques, plus sur les cas pratiques où l’éclaircissement d’un point du cours que sur le cours en lui- même. Nous y gagnons en compréhension, concentration et efficacité.
Cela couplé au ‘social learning’ qui permet grâce au travail en groupe d’apprendre différemment et surtout de manière plus fluide et efficiente. Car on apprend beaucoup des autres membres du groupe, c’est un vrai travail de co-dévleoppement.

L’autre grande force de l’apprentissage chez IONISx est le ‘learning by doing’; en effet les cas pratiques permettent d’apprendre plus et plus vite. Nous passons directement à la pratique, c’est un changement de paradigme dans le secteur de l’éducation. Car souvent à la suite d’une formation, la grande question reste « comment mettre cet enseignement en pratique ?” Là, nous avons déjà fait de la pratique.

Enfin, nous travaillons avec des experts pédagogiques, et non plus avec des professeurs. La pédagogie du 21ème siècle où le schéma “sachant – apprenant” vole en éclat pour laisser la place à des experts extrêmement pointus dans leur domaine, s’adressant à des professionnels en quête de savoir. Là aussi, c’est assez unique sur le marché de l’enseignement.

craig-garner-202

6 – Quels outils du “digital” avez-vous découvert au fil de votre parcours de formation ?Parmi ces outils, lesquels utilisez-vous au quotidien ?

Dans mon quotidien professionnel j’utilise déjà Office365 ou des outils de visio-conférence comme Lifesize, WebEx ou GoToMeeting, mais j’utilise maintenant de manière régulière (Une fois par semaine) le logiciel de visio-conférence Zoom au sein de la formation IONISx qui est à la fois un moyen efficace et simple d’échanger et de travailler avec les autres étudiants de la formation ainsi que les experts pédagogiques.

7 – Votre formation a-t-elle un impact direct sur l’exercice de votre activité professionnelle ? Auriez-vous un ou deux exemples concrets ?

La formation a déjà eu un impact direct sur l’exercice de mon activité professionnelle de 3 manières très concrètes :
Tout d’abord, les cas pratiques réalisés sur des activités très éloignées des miennes (hôtellerie, services à la personne, eau minérale par exemple) m’ouvrent l’esprit et enrichissent mes réflexions sur le domaine d’activité sur lequel j’exerce.
Ensuite, la meilleure connaissance des outils, méthodes et techniques digitales me permettent de mieux comprendre mes équipes marketing (webmarketeurs, webdesigners, traffic manager, community manager…) dans leur travail au quotidien et me permet également de plus les challenger.
Enfin, cela me permet de lancer des campagnes nouvelles (je pense notamment à une campagne Facebook) que je n’avais pas intégré à un de mes plans de communication au départ.

Merci à Philippe Jean-Baptiste d’avoir pris le temps de répondre à nos questions et de nous avoir rendu visite durant sa dernière escapade parisienne. Son interview vidéo sera trop prochainement disponible sur nos réseaux. 

Lire les chiffres de l'entreprise - formation certifiante IONISx - ionisx.com

Donnez toutes les chances de succès à votre projet : maîtrisez les chiffres de l’entreprise

Lorsqu’on lance un projet au sein d’une organisation, ou une nouvelle structure, ce sont rarement la bonne volonté ou les idées qui manquent… Mais plutôt l’art de convertir nos intuitions en données chiffrées ! Développez ce savoir-faire avec Catherine Lott-Vernet, consultante en stratégie et experte IONISx.

 

Lire les chiffres de l'entreprise - formation certifiante IONISx - ionisx.com

Vous connaissez certainement BlaBlaCar, leader mondial du covoiturage et l’une des rares « licornes » françaises (une start-up non cotée en bourse et valorisée à plus d’un milliard de dollars). Mais saviez-vous qu’avant d’en arriver là, la startup a testé sans succès 6 business-plan différents, jusqu’à enfin trouver son précieux sésame vers le succès ?

« Mon conseil pour lancer son projet, c’est de savoir compter : surtout ne pas être dépensier ! »

Frédéric Mazzella, Fondateur BlaBlaCar – intervenant du MBA ISG+EPITA

Quand vous décidez de vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale ou intrapreneuriale (lancer une nouvelle organisation au sein d’une entreprise), les idées neuves et les concepts forts sont une part essentielle du succès, mais vous risquez de grosses désillusions si vous êtes trop fâché(e) avec les chiffres :

« Les modèles économiques sont en mutation, la mesure de la performance conquiert de nouveaux territoires, de nouveaux termes émergent… Mais la finalité de l’entreprise, quels que soient les indicateurs qu’elle adopte, c’est de produire par son activité des flux qui traduisent en chiffres sa capacité à créer de la valeur, pour rentabiliser son outil de production et ses ressources. »

Catherine Lott-Vernet, Consultante en stratégie – Cabinet Fizzy Ways

Vous devez pouvoir faire la démonstration des bénéfices concrets de votre idée, pour vous-même, et surtout à destination de toutes les parties prenantes : partenaires, collaborateurs, futurs clients… Pour convaincre des investisseurs, vous devrez être crédible lors de vos présentations de projections financières. Vous aurez par exemple à définir votre besoin en fond de roulement, ou établir vos comptes de résultats prévisionnels pour dégager votre taux de rentabilité :

« Du côté de l’entrepreneuriat, un projet doit démontrer qu’il est viable, qu’il saura trouver son marché et produire de la valeur. Même si les premières projections financières résultent de jeux d’hypothèses qui les rendent contestables, elles fournissent à la réflexion des repères, des balises, des points-étapes. Dès que la réalité du marché oblige à rebrasser ces hypothèses, la réflexion s’affirme, les indicateurs prennent du sens et le modèle économique s’ajuste. »

Lire les chiffres de l'entreprise - formation certifiante IONISx - ionisx.com

Catherine Lott-Vernet, Consultante en stratégie d’entreprise, experte IONISx

Expliqué par une spécialiste reconnue pour ses qualités de coaching, cela devient limpide ! Catherine Lott-Vernet dirige le cabinet Fizzy Ways où elle est consultante en marketing et communication. Diplômée en Finance et Marketing, spécialiste en stratégie et management des affaires, experte en Business Model et Business Plan, la négociation budgétaire et le coaching de projets professionnels n’ont aucun secret pour elle :

« Je mets mon enthousiasme et mon énergie au service des idées naissantes qui cherchent le bon tremplin pour prendre leur envol, et des talents à affirmer pour mieux les propulser. Cette formation s’adresse à toutes celles et tous ceux qui veulent comprendre comment se crée et se préserve la valeur dans l’entreprise, pour mieux appréhender et valoriser leur propre contribution – et celle de leurs équipes – au système économique de l’entreprise. »

Si vous souhaitez donner des bases solides à votre projet, assainir les comptes de votre entreprise, ou encore monter en compétences pour accéder à des postes comportant une part de comptabilité, développez vos compétences avec cette formation continue accessible entièrement en ligne et tout au long de l’année. Elle débouche sur une certification délivrée par l’ISG – une business school reconnue par tous les acteurs du marché, et compatible avec votre profil LinkedIn : de quoi rassurer définitivement vos futurs partenaires !

Lire les chiffres de l'entreprise - formation certifiante IONISx - ionisx.com

Et vous, avez-vous déjà rencontré des obstacles à cause d’une mauvaise connaissance de ces données chiffrées ? Racontez-nous vos expériences dans la section « commentaires » du blog, ci-dessous.

 

 

 

Le MBA est-il toujours le passeport indispensable de la réussite ? - Blog IONISx.com

Le MBA est-il toujours le passeport indispensable de la réussite ?

Alors que les success-stories de la nouvelle économie réinventent la figure du self-made-man, on peut se demander si les diplômes d’excellence en management ont gardé toute leur valeur aux yeux des recruteurs. Analyse et témoignages sur l’impact du plus prestigieux d’entre eux : le MBA.

Découvrez les MBA Online IONISx - Epitech - ISG+EPITA

Les Master of Business Administration visent principalement à apporter à des candidats au profil technique des compétences en management et une vision globale de l’entreprise, afin de favoriser leur accès à des postes de direction. Ils rencontrent un franc succès dans le monde entier : pour 2015, nous pouvons dénombrer  jusqu’à 500.000 diplômés. Cependant, en parallèle de ce phénomène de démocratisation, le MBA est-il toujours considéré comme un passeport indispensable aux yeux des décideurs ?

Toujours un accélérateur de carrière ?

Passer un MBA a permis à de nombreux professionnels d’élargir leur domaine de compétences pour monter en responsabilités au sein de leur entreprise ou relever de nouveaux défis. Prenons l’exemple d’Antony, 36 ans, manager logistique-qualité qui a désiré évoluer après quatre années de pratique. Diplômé d’une école d’ingénieurs, il s’est orienté vers un MBA généraliste qui lui a permis, après 18 mois d’efforts, d’atteindre le poste de Directeur du site de production qu’il convoitait. Ou encore Younes, 37 ans, travaillant depuis douze ans sur des fonctions commerciales et marketing chez Sony et Kellog’s, et qui a voulu se sortir de son domaine de prédilection pour se lancer dans une création d’entreprise. Il s’est inscrit dans un MBA centré sur l’entrepreneuriat et les nouvelles technologies, qui lui permettra d’ouvrir sa propre plate-forme d’apprentissage du marketing à destination des PME, avec succès. D’autres candidats peuvent vouloir rester dans la même entreprise pour y évoluer, comme Barbara, 42 ans, ancienne responsable logistique devenue directrice commerciale export au sein d’un important groupe dans le secteur tourisme.

Le MBA reste plus que jamais cette formation qui permet de donner une hauteur stratégique à sa carrière, que l’on souhaite se réorienter, créer son entreprise, ou simplement renforcer son leadership pour évoluer.

Et du côté des recruteurs ?

Pour les directeurs RH et les responsables de recrutement, notamment au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, le MBA est toujours considéré comme la voie royale pour accéder aux postes à responsabilité. Gage d’excellence et d’ouverture internationale, il rassure les recruteurs. En France le MBA est cependant moins démocratisé, surtout dans les petites structures, mais les grandes entreprises françaises et les multinationales semblent ne plus pouvoir s’en passer.

« Les profils MBA sont très appréciés par les plus grands groupes car ils appréhendent l’entreprise de manière globale, internationale, au-delà de la technique purement financière« 

Laetitia Quatrevaux, division finance du cabinet Hays

Un chiffre résume à lui seul l’efficacité d’un MBA vis à vis du marché de l’emploi : le taux de placement des diplômés avoisine les 100% selon la spécialité. Une véritable assurance tous risques !

En termes de retour sur investissement, ça donne quoi ?

Débuter une telle formation requiert un investissement financier lourd : certains MBA français enregistrent des frais de formation de plus de 50 000, voire 80 000 € ! Outre-Atlantique, les prix avoisinent même 200 000 $ pour les plus renommés. Est-ce vraiment rentable de débourser des sommes aussi conséquentes ? Si l’on se fie aux gains suite à l’obtention du diplôme, oui, et sans hésitation ! La rémunération moyenne constatée en France après un MBA varie entre 61 000 €/an pour un jeune diplômé et 100 000 €/an pour un profil confirmé, avec des hausses de salaires allant de 8 à 20% pour les diplômés restant dans la même société : de quoi amortir rapidement les frais de scolarité.

Le principal investissement reste votre temps

Entre une vie professionnelle ou personnelle bien remplie et des déplacements réguliers, de nombreux aspirants aux Executive MBA abandonnent ou repoussent l’échéance par manque de disponibilités : pas facile de se libérer deux jours chaque semaine pendant un ou deux ans ! Il reste alors la solution des diplômes en blended learning, voire entièrement en ligne comme l’Executive MBA de IONISx : un condensé des meilleurs Executive MBA du groupe IONIS (Epitech, ISG+EPITA) accessible en toute flexibilité et tout au long de l’année. Une formule qui fait la différence :

« Habitant une région distante des centres universitaires, cela faisait des années que j’attendais qu’un MBA entièrement flexible soit lancé sur le marché ! »

Philippe Allaix, apprenant du Online MBA IONISx

Découvrez un Executive MBA entièrement en ligne sur IONISx.com

Retenons que les profils MBA sont toujours très prisés par les sociétés les plus prestigieuses : en 2015, des entreprises comme Amazon, Microsoft, JP Morgan, Goldman Sachs, PwC, Deloitte ou encore Deutsche Bank les ont massivement embauchés. Enfin, concernant l’adéquation entre ces profils et les besoins des acteurs de la nouvelle économie, laissons le dernier mot à une start-up californienne :

« Les titulaires d’un MBA peuvent jouer un rôle à tous les niveaux de l’entreprise. Ce sont eux qui arrivent à comprendre notre chaos organisé et eux encore qui réussissent si bien au milieu de l’ambiguïté ambiante dans laquelle nous plongeons les Googleurs. »

Extrait de la page recrutement de Google France

Il reste donc de beaux jours aux titulaires des MBA pour viser des carrières d’excellence dans tous les secteurs et dans le monde entier, alors laissez libre cours à vos ambitions. Et vous, pour quel(s) projet(s) souhaiteriez-vous passer un MBA ? Faites-nous part de vos aspirations dans la section commentaires.

Découvrez les MBA Online IONISx - Epitech - ISG+EPITA