Une démarche participative pour poursuivre la transformation numérique des écoles du Groupe IONIS.

Une série d’ateliers de co-construction a été organisée dans chacune des 4 écoles d’ingénieurs du Groupe IONIS en mai et juin 2017. L’objectif était de définir les axes prioritaires pour la poursuite de la transformation numérique de chacune des écoles. Récit et retour en images sur ces rencontres entre étudiants, administratifs, enseignants des écoles et l’équipe de IONISx. 

Ces ateliers de design participatif ne sont pas un acte isolé mais font suite à des rencontres régulières.

Pour accompagner la transformation numérique des écoles du Groupe IONIS, jusqu’à présent IONISx avait organisé un séminaire de sensibilisation et de formation interne en mars 2015 pour le lancement du projet dans 7 écoles ; puis tous les 6 mois des focus-groups sur la qualité de l’offre et les évolutions attendues auprès du personnel et de représentants d’étudiants des 4 écoles d’ingénieurs du Groupe.

9G1A8658.JPG

Travail en petits groupes à l’atelier de Sup’Biotech, mai 2017

Plus de 5 000 étudiants déjà concernés par l’enseignement numérique de IONISx

Mais qu’en est-il au juste de l’enseignement numérique au sein de IONIS Education Group ?

L’enseignement numérique est un axe fort de développement du Groupe. Des initiatives multiples existent, au sein de chaque école, ou initiés par le Groupe.  IONISx est l’unité du Groupe spécialisée dans ce domaine qui participe à la transformation numérique des écoles. Ses activités fédèrent essentiellement ce qui concerne le pilotage de projets, la production des cours et l’hébergement des supports numériques pour des cours souvent transverses aux écoles.

IONISx a donc lancé en janvier 2015 un projet de numérisation de cours pour 7 écoles (ISEFAC, ISEG, ISG, IPSA, ESME Sudria, EPITA, Sup’Biotech). Des classes inversées ont notamment été mises en place dans les 4 écoles d’ingénieurs en Mathématiques, Physique et Informatique depuis septembre 2015. Ceci touche plus de 5 000 étudiants depuis la rentrée 2016.

 

La dématérialisation d’autres cours est initiée (autres matières du cycle bachelor, du cycle ingénieur…) avec l’optique de proposer non seulement davantage de formations diplômantes dématérialisées en formation initiale ou continue mais aussi des certificats professionnels de formats plus courts. On vise la formation tout au long de la vie. 

Une démarche participative qui plaît

Pour aller plus loin et après 2 années scolaires de pratique, il était temps de faire le point, école par école, sur les axes prioritaires de développements pour le futur. La méthode de co-construction utilisée était inspirée d’une démarche mise en place dans l’enseignement supérieur français. Ces ateliers, intitulés “Tous acteurs de la transformation numérique de l’ESME Sudria/ l’IPSA / l’EPITA / Sup’Biotech !” étaient quadripartites . Ils rassemblaient chaque fois vingt à vingt cinq participants : étudiants déjà concernés par les classes inversées en première ou deuxième année d’étude, administratifs de l’école, enseignants plus ou moins concernés par l’enseignement numérique, et des représentants de l’équipe IONISx.

9F5A8919

Présentation d’un chantier par un étudiant à l’atelier de co-construction de l’IPSA,  juin 2017

L’idée comme le titre l’indiquait était que chacun se sente acteur de la transformation numérique de son école. Il s’est avéré que cet élément a grandement séduit, en particulier les étudiants qui ont apprécié d’être consultés de la sorte au même titre que les professionnels, forts de leur expérience et de leur niveau d’implication.

Le déroulé : une alternance de séquences en plénière et en petits groupes

Chaque atelier s’est déroulé sur la même trame, en 3 temps principaux après l’accueil des participants en plénière.

9F5A8797.JPG

Panneau de bienvenue à l’ESME, juin 2017

1. Imaginer l’école en 2050 : un brainstorm d’une demi-heure pour échauffer les méninges en petits groupes. Une liste de dimensions à aborder comme les lieux, les publics, les ressources, etc. permettait d’avoir une approche la plus complète possible. A la fin de cette séquence chaque groupe devait aussi choisir quelles valeurs représenteraient le mieux son école dans ce futur lointain. Une restitution de chaque panneaux produit en plénière a permis à chaque groupe de prendre connaissance des idées et des directions privilégiées par les uns et les autres.

2. Faire avancer les projets de la transformation numérique : un inventaire des projets actuels a été dressé en plénière. Ceci a permis à chacun d’avoir connaissance de certains éléments qui le concernent de plus ou moins loin, de l’ERP aux cours en ligne existants ou en développement, en passant par l’évaluation, le suivi, la formation continue… Ensuite un projet a été développé par table. Chacune planchait sur les actions à mener pour le développement du chantier en question selon 6 dimensions : lieux, recherche, ressources, systèmes d’informations et services, contenus pédagogiques, gouvernance, éco-système et valeur ajouté.

3. Définir le référentiel de transformation numérique de l’établissement : pendant la dernière heure de l’atelier, les petits groupes ont identifié parmi de nombreuses actions proposées par l’exercice quelles étaient les 10 actions les plus pertinentes pour leur école, toujours classées selon les 6 dimensions précédentes. Des étiquettes permettaient de placer les actions sélectionnées sur un fond de carte.

9G1A8687.JPG

Un participant lit les étiquettes proposant des actions à sélectionner et coller sur une carte à Sup’Biotech, mai 2017

9G1A8652.JPG

Dialogue en petits groupes à Sup’Biotech, mai 2017

Ces recommandations ont été partagées en plénière où une carte de compilation a été produite. Il s’agissait d’exprimer ce que ces actions théoriques signifiaient dans le cas de l’école et de les rapprocher aussi des 3 ou 4 projets de transformations numériques sur lesquels les groupes avaient travaillés au préalable.

9G1A8703.JPG

Compilation des cartes des 10 actions prioritaires en plénières à Sup’Biotech, mai 2017

Au final, ce qui pourrait faciliter une bonne appropriation des changements envisagés ou une mise en place rapide des actions préconisées a été évoqué.

Après quelques mots de conclusion et de remerciement, un buffet était l’occasion de prolonger les échanges de manière plus informelle.

Quels enseignements sur le fond ?

D’une manière générale, un consensus sur les axes de développement s’est dégagé :

  • Vers une porte d’entrée unique pour tous les services en ligne (scolarité, cours, bibliothèque…). Fini les login sur différentes plateformes : une porte d’entrée unique serait la voie à différents services selon les accès associés.
  • Des idées pour développer la communication interne (au sein des écoles entre l’administration et les profs principaux et les étudiants, entre établissements et campus).
  • Vers plus d’informations sur la progression des apprenants, aussi bien pour les étudiants que les équipes enseignantes et pédagogiques. Les statistiques déjà accessibles sont bien appréciées pour se comparer notamment à la moyenne de sa classe. La gamification déjà présente est amenée à prendre une place toujours plus importante pour développer l’émulation entre apprenants et enseignants et démontrer l’acquisition de connaissance et compétences.
  • Plus de collaboration que ce soit via du tutorat par des élèves plus avancés ou via les réseaux sociaux entre apprenants d’une même promotion ou avec les enseignants.
  • Plus de pédagogie par projet et d’interdisciplinarité, avec des projets fil rouge transverses à plusieurs cours, de nouveaux types d’évaluations.

 

9F5A8866.JPG

Travail en petits groupes à l’ESME Sudria, juin 2017

Un renforcement des équipement et des locaux pour s’adapter à la pédagogie numérique : plus d’espaces pour consulter ses cours à l’école ou travailler en petits groupes sur des projets ou des révisions ; des salles adaptées aux séances de travaux dirigés ou de travaux pratiques, à l’expérimentation, des fablabs…

Bien entendu certaines nuances et préconisations sont propres à chacune des écoles qu’il serait trop long de développer ici.

Une démarche systématique à suivre de plan d’actions

En conclusion, cette méthode a permis d’envisager le futur à moyen terme en abordant différentes dimensions, sans faire l’écueil de se concentrer sur ce qui semble le plus évident et utile mais aussi en envisageant systématiquement tous les axes de développement possibles.

L’appropriation des préconisations par les participants était bien tangible. Il reste à transformer ces recommandations en plans d’action concrets à budgéter et planifier plus précisément.

9F5A8834.JPG

L’animatrice note les propositions des participants à la plénière à l’ESME Sudria, juin 2017

Quant à la démarche de qualité et de consultation large des publics concernés, il est indéniable qu’elle se poursuivra. Elle a non seulement été appréciée de chacun, mais elle a aussi débouché sur des idées variées, pertinentes et de valeur pour poursuivre la transformation numérique des écoles.

Objectif atteint ! Mais on ne s’arrête pas là. La réflexion est permanente : Quel format pour les prochains ateliers consultatifs sur la qualité de l’enseignement numérique prévus à l’automne 2017 ? Vos idées sont les bienvenues en commentaire de cet article !

Conférence Open edX 23 – 26 Mai 2017 : de la classe inversée au « lifelong learning », la méthode IONISx

Retour sur la 4ème édition de la Conférence Open edX au cours de laquelle IONISx a présenté quelques-unes des clés qui ont permis au Groupe IONIS de créer des synergies entre ses institutions pour développer l’enseignement en ligne à travers la pédagogie par projet et les classes inversées. 

Adoptée par plus de 200 écoles et universités, la plateforme Open edX réunie à elle seule plus de 11 millions d’apprenants issus de 35 pays suivant près de 4000 cours en ligne dont ceux de IONISx !


Présente lors de 4ème édition de la conférence Open edX organisée pour la première fois en Europe, l’équipe IONISx a partagé pendant 3 jours avec les membres de la communauté ; acteurs du monde des MOOC, startups edTech, développeurs et spécialistes de l’enseignement numérique, les innovations pédagogiques, nouvelles méthodes d’enseignement et dispositifs s’appuyant sur le numérique pour répondre aux défis de de la transformation digitale de l’éducation tant en formation initiale que continue.

Dans leur présentation, Isabelle Druet, cheffe de projet pédagogique et Badi Ibrahim, directeur de IONISx sont revenus sur le modèle pédagogique numérique de la classe inversée rendu possible notamment grâce à la plateforme Open edX.

Retrouvez ici l’intégrale de la conférence de IONISx à Madrid

L’équipe a décrit comment la transformation digitale de ses institutions est conduite pour favoriser un écosystème permettant d’aménager de multiples modalités d’enseignement répondant aux besoins des apprenants en formation initiale et continue : formation diplômante, formation certifiante, parcours professionnalisant, blended learning et parcours individuels automatisés.

La pédagogie numérique au sein des écoles d’ingénieurs de IONIS Education Group

Depuis près de 3 ans, EPITA, ESME Sudria, SupBiotech et IPSA, écoles d’ingénieurs du Groupe IONIS proposent à leurs étudiants des cours numériques accessibles sur ordinateurs, tablettes et mobiles, pour les matières scientifiques comme les Mathématiques et la Physique, ainsi que pour les cours d’informatique comme l’Algorithmique et la Programmation.

L’enseignement numérique développé par le Groupe IONIS à travers la plateforme de formation numérique IONISx fait partie intégrante de l’expérience et de la pédagogie de nos écoles. Cet enseignement proactif qui place l’étudiant au centre de son enseignement permet de préparer encore mieux nos futurs ingénieurs pour la réussite professionnelle. Plus de 5000 étudiants ont déjà bénéficié d’un enseignement numérique au sein des écoles du Groupe.

Les classes inversées

Dans chacune des écoles d’ingénieurs, la pédagogie inversée représente un important levier de responsabilisation des étudiants ingénieurs qui concurrence les grandes universités américaines ou britanniques, où la lecture entre les cours permet de comprendre les interventions de l’enseignant et de participer à la discussion. Les classes inversées numériques, où la théorie est étudiée et évaluée en amont de séances de travaux dirigés sur des supports numériques, suivent le même principe. Le résultat : des étudiants plus autonomes et des échanges en présentiel plus riches.

La plateforme de cours numériques permet aux enseignants des écoles d’ingénieurs d’optimiser l’accompagnement de leurs étudiants en salle de cours. Des informations en temps réel concernant l’avancement et la compréhension de chaque étudiant rendent possible un enseignement au plus près des besoins du groupe et de chacun.

Les cours 100 % en ligne

La formation ne se passe pas seulement sur le campus des écoles. Pendant les périodes de stage ou les études à l’étranger, les cours 100 % en ligne permettent de maintenir les liens avec et entre les étudiants. L’équipe pédagogique assure l’engagement et la réussite des étudiants via des outils numériques de suivi de l’apprentissage.

Le MiMo, l’invention qui structure les contenus pédagogiques

Avec l’invention du MiMo (pour « micro-module »), IONISx a créé un format qui structure et harmonise les contenus numériques du Groupe IONIS, tout en optimisant l’apprentissage des étudiants et des professionnels. En 2016, les MiMo de IONISx étaient déjà au nombre de 1600.

Concrètement, les MiMo consistent en des petites capsules d’apprentissage qui permettent d’assimiler une notion clé. Ils sont composés de séquences vidéo, de fiches de synthèse, de ressources complémentaires, d’exercices d’auto-évaluation. Agglomérés, ces MiMo forment de véritables parcours créés sur mesure pour les apprenants.

Proposé aussi bien aux étudiants des écoles du Groupe qu’aux participants de ses cursus de formation continue 100 % en ligne, le MiMo est la clé de voûte du modèle pédagogique mis en œuvre par IONISx.

Le MiMo et la collaboration entre les écoles du Groupe IONIS

L’harmonisation du format des contenus pédagogiques en MiMo, disponibles sur une unique plateforme, favorise la collaboration entre les écoles du groupe. Grâce aux MiMo et à la possibilité de construire des parcours sur mesure, les cours fondamentaux des écoles d’ingénieurs du groupe ont été mutualisés. Un consortium composé de représentants de chacune des écoles a d’abord redéfini le programme en MiMo. Ensuite, chaque école a composé son propre parcours avec les MiMo de son choix, parcours qui ont depuis été proposés à l’ensemble des nouveaux étudiants. Les écoles sont accompagnées dans leurs démarches par IONISx durant tout le processus d’élaboration des cours numériques, tant pour la définition du programme, la scénarisation des classes inversées ou la production audiovisuelle.

L’enseignement numérique au service de l’évolution des carrières

Au sein du Groupe IONIS, les écoles ont toujours entretenu un lien fort avec le monde de l’entreprise pour assurer la réussite des apprenants et les faire évoluer dans un cadre professionnalisant. Avec IONISx, le Groupe poursuit sa dynamique de proximité et de synergie avec les entreprises en misant sur le développement de « l’école dématérialisée » pour s’adresser aux professionnels, salariés, entrepreneurs et indépendants en recherche de progression de carrière.

Qu’ils soient en activité professionnelle ou en recherche d’emploi, les apprenants des cursus en ligne ont de fortes attentes et des besoins bien identifiés : se rendre opérationnel rapidement et gagner en responsabilité pour tout simplement évoluer.

IONISx intègre ces paramètres dans sa méthodologie de développement de parcours de formation afin de proposer une expérience d’enseignement et un programme riches. Chaque thématique traitée est repensée, re-conceptualisée et restructurée pour le numérique. Flexibilité, accessibilité, asynchronicité : autant d’adjectifs qui résument bien ce que les apprenants sont en droit d’attendre d’un cursus à distance.

Pour concevoir ces formations, l’équipe pédagogique analyse les débouchés professionnels possibles et l’employabilité potentielle de ses futurs diplômés, et répertorie les compétences-clés à acquérir. IONISx s’attache à promouvoir l’interactivité, la dynamique de groupe et recrée à travers l’expérience proposée des véritables situations professionnelles. Ainsi, la méthode du learning by doing, ou l’apprentissage par la pratique, est au cœur du dispositif pédagogique.

 

eLearning expo 2016 - IONISx

Rejoignez IONISx au plus grand événement européen du secteur RH

Du 22 au 24 mars 2016 à Paris-Expo porte de Versailles, participez au rendez-vous incontournable des ressources humaines innovantes et de la formation en ligne.

Lire la suite

Message de IONIS Education Group

Bien qu’il soit difficile de trouver les mots justes après les terribles événements qui ont touché le pays ce vendredi, le Groupe IONIS tenait à exprimer sa peine et ses condoléances aux familles des victimes, ainsi que sa solidarité. Ces attaques visaient en particulier la jeunesse française, sa liberté et sa joie de vivre, son sens de l’égalité, de la fraternité et de la mixité. Plus que jamais, celles-ci nous renforcent dans nos convictions et notre raison d’être. Seules l’éducation, l’ouverture aux mondes et la découverte de l’autre viendront à bout des totalitarismes. Jamais notre mission n’a eu autant de sens. Nous devons l’accomplir avec fierté et conviction.

La direction du Groupe IONIS

 

#HackTonMooc : Interview de Guillaume Laurie

 

GL-blog

 

Ingénieur pédagogique et administrateur LMS, Guillaume LAURIE est membre de l’équipe . Intéressé par la , le et les . Il a organisé du 18 juillet au 30 août un évènement encore jamais vu : #HackTonMooc  sur notre MOOC Growth Hacking !

 

Guillaume, qu’est-ce que #HackTonMOOC ?

HackTonMooc est un concept né le 18 juillet à 16h15 (je l’ai tweeté ici pour m’en rappeler ).

Le principe est de créer (grâce à une petite équipe de motivés) une session sur un Mooc ouvert (avec dates de début/date de fin).

Le but était donc de réunir une équipe de passionnés (ingénieurs pédagogiques et Mooc addict) sous le nom d’agitateurs de neurones et de faire notre possible pour animer cette session.

Au programme :

  1. créer des activités
  2. des lives
  3. trouver des ressources

Cependant, je souhaitais que nous animions une session sans droits spéciaux (donc que n’importe qui puisse le faire, quelle que soit la plateforme, un vrai hacking).

Comment as-tu eu l’idée ?

Voyant qu’il n’y avait pas de Mooc en session et que les Mooc ouverts étaient vides en cette période estivale, il m’est venu l’idée « d’hacker » un Mooc ouvert et créer une session dessus.

Je souhaitais réunir toutes les personnes qui comme moi suivent des mooc pour l’interactivité et le fun plus que pour uniquement le contenu.

Pourquoi avoir choisi IONISx ?

Je cherchais un sujet intéressant et qui se corresponde un peu à l’état d’esprit de l’opération.

Le Growth Hacking s’en rapprochait et le cours avait un déjà un an (on m’en voudrait moins de hacker un Mooc un peu à l’abandon qu’un Mooc tout neuf).

Mieux, il commencait par « Nous sommes en 2014 ». Il y avait donc beaucoup de choses qui avaient évolué depuis le tournage et il serait donc plus facile d’apporter de nouveaux exemples, de trouver des vidéos ou des liens vers des ressources intéressantes.

Le côté startup éducation de IONISx me semblait plus adapté également car sur une plateforme telle que Coursera, l’opération aurait très bien pu ne pas plaire. Là, j’ai pu contacter Philippe Chiu assez facilement (puisque j’avais participé au Hackathon organisé par IONISx il y a quelques mois). Il a été emballé par l’idée et m’a même proposé des droits plus avancés (que j’ai refusé pour respecter l’idée initiale), ce qui m’a conforté dans mon choix.

Les données transmises chaque semaines par IONISx ont été utiles également pour piloter (au moins un peu), le mooc. Le nombre de participants et les données de participation nous ont permis de mieux comprendre l’activité générée par l’opération.

Le fait que IONISx nous offre l’attestation gratuitement est également une preuve que j’ai fait le bon choix, en effet, il aurait été dommage de faire tout cela et que les participants n’ai pas une preuve de leur participation (ou à un prix exorbitant).

Quels retours et quel bilan en tires-tu ?

– Manque de préparation

Lancer l’opération une semaine avant son démarrage officiel est trop court, un mois aurait surement été mieux.

Si quelqu’un veut organiser un HackTonMooc, je lui conseille de s’y prendre au moins un mois avant, lui permettant de mieux communiquer et avoir un peu de temps pour préparer. Là, entre l’idée le 18 juillet et le premier LIVE pour expliquer le concept, il s’est passé uniquement 12 jours, le rythme a été très soutenu.

– Dates

L’idée est née du fait qu’il n’y avait pas de session. Cependant, s’il n’y a pas de session, il y a une raison, les gens ne sont pas disponibles. La prochaine session HackTonMooc, quelque soit le sujet, sera surement fait a un autre moment dans l’année. Beaucoup de participants n’ont, en effet, pas été suffisamment disponible à leur goût et nous en ont fait part.

– Organisation et communication

Travailler à plusieurs alors qu’on a pas l’habitude n’est pas forcément simple, il faut donc s’organiser, utiliser des outils collaboratifs pour tracer les actions et surtout plannifier.

Dans l’ensemble on s’en est bien sorti mais il vrai que la plupart d’entre nous avait suivi (voir animé) le Mooc Gestion de Projet donc on s’en est sorti.

Sur le plan de la communication, nous aurions surement pu faire mieux, mais nous avons quand même pas mal de vues sur les articles et Live.

– Participants

Nous avons atteint à la clôture, 272 participants. Ce nombre est très impressionnant pour une opération montée ainsi en dernière minute, en plein mois d’août.

C’est à la fois une grande fierté et un point de départ intéressant pour une prochaine session, nous pourrons ainsi tenter de dépasser ce nombre.

– Bilan opération

Le bilan est très positif pour tout ce qu’il a apporté, à l’équipe comme à moi-même et je l’espère aux participants.

Nous avons tous évolués et retirons plein de bonnes choses de cette expérience unique. Animer un Mooc de A à Z est complexe mais pas impossible, nous en avons fait la preuve.

J’espère que le concept séduira et même que d’autres tenteront un HackTonMooc (je suis disponible pour leur expliquer comment faire), maintenant que nous avons ouvert la voie, peut-être que d’autres le feront.

Je réfléchis à une autre session, peut-être en 2016 mais cette fois-ci pas en été et on tentera un autre sujet.