Réforme de la formation professionnelle : quel impact sur le financement de la formation en 2019 ?

En 2019, la réforme « Avenir Professionnel » implique de profonds changements pour tous les acteurs de la formation professionnelle. Salariés, responsables RH, ou encore organismes de formation : nous décryptons pour vous les principaux impacts et les solutions qui s’offrent à vous en matière de financement de la formation.

Test 1 article CPF

#1   Salarié : comment faire prendre en charge ma formation en 2019 ?

Responsabiliser le salarié et lui donner les moyens d’être acteur du développement de ses compétences : c’est le parti pris par le gouvernement en monétisant le compte personnel de formation (CPF). Ce compteur sera crédité de 500 € TTC / an pour chaque salarié (800 € TTC / an pour les moins qualifiés).

Dès la fin d’année 2019, par l’intermédiaire d’une application, chaque actif aura accès à un riche catalogue de formations qui lui permettra de choisir et payer directement sa formation depuis son smartphone, sans passer par les intermédiaires et autres complexités administratives qui alourdissent encore le process.

Concrètement, en 2019, le salarié peut faire jouer 3 dispositifs possibles : le CPF, le CPF Transition, et la Pro-A.

  • Le CPF, pour les formations certifiantes ou diplômantes

Quelles formations éligibles ?

Jusqu’à la mise en service de l’application CPF, la recherche s’effectue uniquement sur le site MonCompteActivité. Dans les faits, il s’agit d’une liste unique composée de l’ex-Inventaire CNCP, des diplômes et titres RNCP et des ajouts 2019.

Quels abondements à ma disposition en 2019 ?

De manière temporaire, les OPCO (Opérateurs de Compétences, anciens OPCA) gèrent le CPF durant toute l’année 2019. Pour la dernière année, ils offrent des abondements souvent intéressants : c’est le moment ou jamais d’en profiter et de se renseigner auprès de son OPCO, qui est également au courant des abondements particuliers prévus par la région ou la branche.

Le salarié a également la possibilité de se tourner vers son employeur qui, en fonction du lien de la formation avec l’activité, pourra valider une prise en charge sur temps de travail avec complément financier si besoin.

Comment choisir mon organisme de formation ?

Il n’est pas obligatoire de choisir un organisme référencé dans la base MonCompteFormation. Toutefois, afin de pouvoir bénéficier de la prise en charge financière, il est indispensable de passer par un organisme de formation datadocké.

Pour ouvrir son Compte Activité, consulter son compteur CPF et rechercher sa formation : https://www.moncompteactivite.gouv.fr, rubrique « Ma Formation »

  • Le CPF Transition, pour les projets de transition professionnelle

Dispositif remplaçant du CIF, le CPF Transition reste temporairement géré par le FONGECIF et les OPACIF en 2019. La procédure reste équivalente aux années précédentes : un dossier est constitué et examiné par la commission. Seule différence : la mobilisation des droits CPF.

Toutes les informations sur : https://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/se-former/article/projet-de-transition-professionnelle 

  • La Pro-A, une alternance CDI pour les reconversions ou promotions

Ouvert aux salariés en CDI avec un niveau de diplôme Bac +2 maximum, ce nouveau dispositif permet de bénéficier d’une formation diplômante dans des conditions similaires à un contrat de professionnalisation.

Seul bémol : les OPCO, qui ont hérité de la gestion de tous les dispositifs liés à l’alternance, offrent des prises en charge décevantes comparées aux niveaux de financement des années passées en Période de Professionnalisation.

Plus de détails sur : https://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/entreprises-et-alternance/article/reconversion-ou-promotion-par-alternance-pro-a

 

#2   Responsable RH : quelle stratégie formation mener en 2019 ?

Malgré une volonté forte de renforcer l’autonomie du salarié en matière de formation, la réforme prend soin de laisser une place primordiale à l’entreprise. Désireux de favoriser au maximum la négociation, le gouvernement ne s’étend toutefois pas sur les conditions de mise en œuvre.

En 2019, la stratégie formation repose essentiellement sur une articulation entre le Plan de Développement des Compétences et le CPF co-construit.

En pratique, comment puis-je procéder ?

 

  • Recentrez le plan sur les formations stratégiques. Identifiez les demandes de formations éligibles au CPF : langues, bureautique, soft skills, autant de stages auparavant financés par la Période de Professionnalisation qui souffrent cette année d’un manque de budget. Proposez également le CPF pour favoriser la mise en œuvre des demandes hors budget ou hors plan.
  • Argumentez la valeur ajoutée du co-investissement sur ces actions de formation : expliquez à vos salariés l’intérêt de mobiliser leur enveloppe CPF. La date d’expiration des droits DIF, fixée au 31 décembre 2020, est un bon argument : ces droits peuvent représenter jusqu’à 1 500 € HT par salarié.
  • Accompagnez vos salariés : choix de la formation, activation du compte activité ou encore demande de dossier CPF, vos salariés peuvent avoir besoin d’aide pour effectuer leurs démarches et viendront naturellement vers vous. Soyez suffisamment informés pour répondre à toutes leurs questions : ils comptent sur votre expertise !

Dois-je prévoir d’offrir des abondements CPF à mes salariés ?

Grâce aux abondement OPCO encore possibles pour la dernière année, et à des compteurs CPF très pleins de manière générale, les cas d’abondements CPF par l’employeur resteront limités en 2019. Ils seront surtout sollicités dans le cadre de formations longues accompagnées par l’employeur.

C’est à l’horizon 2020 qu’il devient intéressant, dans le cadre de sa politique CPF, d’intégrer des abondements systématiques sur certains stages identifiés.

Formations diplômantes, passages cadre : quels financements possibles en 2019 ?

Le nouveau dispositif Pro-A, présenté comme le successeur de la Période de Professionnalisation, n’offre malheureusement pas de niveau de financement équivalent.

En fonction des cas, le CPF pourra être envisagé, mais les compteurs maximums ne dépassent pas 2 700 € HT cette année : il vous faudra donc prévoir un budget spécifique pour les abondements si vous souhaitez accompagner ces démarches.

 

#3   Organismes de formation : quels enjeux en 2019 ?

 

Les organismes de formations sont, eux aussi, fortement impactés par la réforme de la formation professionnelle 2018 (mettre lien hypertexte dans ce texte : https://www.3xconsultants.com/blog/formation/reforme-formation-professionnelle-2019-resume-enjeux-et-questions/). En particulier, la monétisation du CPF les pousse à réviser le contenu et le prix de leur offre formation.

Une offre formation retravaillée, sur le fond et la forme

Avec une heure de formation auparavant valorisée autour de 40 €, la monétisation des droits CPF, fixée à 15 € TTC  / heure, n’est pas une bonne nouvelle pour les organismes de formation. La principale solution réside dans l’ingénierie pédagogique : il faut s’efforcer d’optimiser les parcours en introduisant plus de contenu digital, innovant, flexible et moins coûteux.

Beaucoup d’organismes ont ainsi sensiblement modernisé leur offre, en travaillant également sur la certification pour mettre en avant leurs stages éligibles au CPF.

Sur les formations longues, la modularisation en blocs de compétences permet de personnaliser les parcours. En identifiant et en validant les compétences déjà acquises, la durée des parcours diplômants peut être adaptée en fonction des acquis de chacun.

En complément, il faut garder à l’esprit les publics ciblés par l’Etat : soucieux d’anticiper les évolutions des métiers, il s’agit de centrer son offre formation sur les compétences qui seront recherchées demain.

L’AFEST, nouvelle modalité pédagogique

En lien avec l’élargissement de la notion d’action de formation du nouveau Plan de Développement des Compétences, la formation en situation de travail ouvre de nouveaux horizons pour les organismes de formation.

Loin d’être une formation « sur le tas », l’AFEST est un dispositif formel. Elle nécessite en amont une analyse de l’activité de travail (pour l’adapter à des fins pédagogiques) et la désignation d’un formateur-tuteur qui accompagnera l’apprenant tout au long de son parcours.

L’AFEST s’articule autour de l’alternance de deux séquences distinctes :

  • Une mise en situation de travail, préparée et organisée ;
  • Des séquences réflexives, destinées à prendre du recul sur les enseignements tirés de la situation de travail.

Des évaluations spécifiques des acquis de la formation jalonnent ou concluent l’action, qui peut, dans certains cas, déboucher sur une certification.

Ce nouveau dispositif présente de nombreux avantages : gain de temps, formation au plus proche des besoins de l’apprenant, valorisation du formateur-tuteur, ou encore réduction des coûts pédagogiques. L’AFEST devrait se développer rapidement dans les pratiques et réactiver la formation au sein des petites structures.

Vers un nouveau processus de certification

Dès lors qu’un financement repose sur des fonds publics ou mutualisés (ex : OPCO), il est obligatoire de faire appel à des organismes de formation certifiés.

D’ici 2021, les OF vont devoir, plus que jamais, faire preuve d’agilité : tout juste certifiés Datadock pour certains, il leur faudra bientôt rentrer dans un nouveau processus de certification. Un décret à paraître en 2019 en prévoira les critères de bases et les indicateurs d’appréciation, et un guide sera publié par la DGEFP pour aider les organismes de formation dans la démarche.

Sachant que le coût d’une certification tourne autour de 3 000 € (certification Cofrac) et que son renouvellement (a priori, tous les 5 ans) est également payant, c’est un nouvel investissement à prévoir pour les organismes de formation.

 


N’hésitez pas à nous contacter pour toutes demandes concernant la prise en charge de votre projet de formation. Nous sommes joignables via hello@ionsix.com ou par téléphone au + 33 (0)1 84 07 43 24 .

Découvrez également le blog RH de parlons humain : https://www.3xconsultants.com/blog/ 

En savoir plus sur la rédactrice :

MAGALI VALET
Financement de la formation professionnelle

 

« Férue d’organisation et de planification, le rire est ma thérapie. Réfléchie, on pourrait me croire dans la lune, pourtant il n’en est rien… la plupart du temps ! Anticipation et prise de recul sont la base de ma méthode de travail, avec un objectif capital : l’optimisation. »