« Le coaching est un espace sécurisant » interview d’Agnes Cabannes, coach pro à l’eMBA d’Epitech & ISG+EPITA.


Dans le cadre des formations en Executive MBA d’Epitech et de l’ISG+EPITA, les apprenants bénéficient d’un accompagnement mensuel par une équipe de coachs professionnelles, dont Agnes Cabannes dont on vous dresse le portrait aujourd’hui.


image (2)

Comment êtes-vous devenue coach professionnelle ?
Avant de me former au métier de coach et de devenir facilitatrice, j’ai eu la chance de travailler dans différentes structures (TPE, PME, grand groupe..), ce dans différents domaines, en l’occurence dans la presse et la publicité. Ces expériences m’ont permis de constater qu’au sein d’une même structure il y avait différentes manières de voir le monde, selon le métier exercé, que les inter-relations et donc l’humain étaient au centre des nœuds ou des performances d’une équipe.J’ai beaucoup appris en faisant et je suis particulièrement motivée par ce que l’on appelle les « démarches apprenants »; il s’agit d’accompagner et de créer les conditions pour que les personnes apprennent et se développent en permanence, c’est une des dynamiques qui me motive dans mon rôle de coach.

Comment accompagnez-vous les apprenants ?
Ce qu’il faut savoir tout d’abord, c’est que les apprenants de l’eMBA sont en général déja impliqués professionnellement. Certains managers, d’autres dirigeants, ont, en plus de leurs implications personnelles, des projets professionnels dont ceux à rendre dans le cadre de cette formation, cela fait beaucoup de tensions à gérer. Les accompagner c’est donc créer un cadre de sécurité dans lequel ils peuvent se déployer en toute liberté, où ils peuvent tester, essayer, oser, expérimenter de nouvelles manières d’être.
La question que je pose à chaque coaché est « que voulez-vous atteindre  à l’issue de ces 18 mois de formation et de coaching ?  » Ce qui est important pour moi c’est de les relier à leurs rêves et à leurs désirs.

Quels sont les objectifs de ce coaching ?
Les objectifs varient beaucoup, disons que chaque coaché est soumis à des vents qui soufflent de manière particulière pour lui et a une ou des routes qu’il va choisir, ou pas.
Je dirai donc que je les accompagne à régler leur voiles selon les vents qu’ils rencontrent, et à trouver leurs routes.
Pour ça, j’utilise des approches qui leur permettent de sortir de leur zone de confort : le travail avec la mise en espace, la mise en mouvement, la métaphore, le détour …

Pourquoi est-ce important pour un Manager de bien se connaitre ?
Bien se connaitre pour mieux manager c’est apprendre de soi et se développer.
J’entends par là, vérifier ses comportements, faire l’état des lieux de ses relations avec les autres, développer sa fierté mais aussi son humilité.

« Un Manager qui apprend à se connaitre saura comment créer les conditions pour que son équipe avance et devienne performante et apprenante. »

Qu’est-ce que la process com et pourquoi l’utilisez-vous ?
C’est un véritable kaléidoscope des personnalités, qui contrairement à d’autres méthodes, n’est pas figé. Ca ne met pas les gens dans des cases.
C’est un outil grâce auquel les coachés découvrent leurs forces, mais surtout leurs besoins. Ils apprennent à les nourrir ce qui leur permet de ne pas se laiiser emmener dans la spirale du stress. Grâce à la process com, les coachés parviennent plus facilement à composer avec les diverses personnalités qu’ils rencontrent.

Quel est l’impact du coaching sur les apprenants de l’Executive MBA ?
C’est un impact d’abord sécurisant ; les séances de coaching leur permettent de se retrouver, et d’avoir un espace pour respirer, ce qui est rare compte tenu de leurs emplois du temps. Le coaching est un espace pour eux, c’est là qu’ils décident d’être acteurs de leur transformation. En d’autres termes c’est répondre à la question « quels sont mes leviers d’évolution vers mon développement et ma réalisation? »‘

Avez-vous un exemple de réussite à nous partager ?
Chaque réussite est la réussite du coaché; j’utiliserai le terme « pépite », car il peut y avoir une pépite dans une séance en particulier. J’entends par là, quand un coaché a le déclic de vouloir faire quelque chose différemment. Quand le coach n’a rien à faire finalement et que l’idée émerge de l’apprenant spontanément, alors c’est une pépite et une réussite pour le coaché.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :